Accro au Shopping – HAUL et THERAPY…

Petite élucubration d'une accro au shopping...

Septembre s'efface doucement pour laisser place à l'automne. Douce rêverie que ces instants annonceurs de l'arrivée des manteaux et des collants...  Paradoxalement, la semaine prochaine risque fort de ressembler à l'été indien attendu le mois dernier, si cette sournoise météo reste fidèle à ses prévisions... mais psychologiquement, j'étais prête à trouver le pull que je ne lâcherai pas cette hiver, à dénicher la paire de cuissardes en suédine tant convoitée, à minauder entre un manteau gris et un manteau rose... j'étais prête! Et j'ai même déjà fait quelques provisions....

          ↓   ↓   ↓   ↓   ↓   ↓

Provisions indispensable à mon épanouissement personnel (si, si!!!)

Thérapie...

Il est un gros problème lorsqu'on est une femme...

Face à l'adversité nous resteront toujours courageuses. Face à l'incertitude nous continuerons toujours d'avancer. Face à la cruauté de la vie nous verrons toujours l'avenir. Face au shopping... nous serons toujours faibles!
Thérapie...

Il est un gros problème lorsqu'on est une femme... Face à l'adversité nous resteront toujours courageuse. Face à l'incertitude nous continuerons toujours d'avancer. Face à la cruauté de la vie nous verrons toujours l'avenir. Face au shopping... nous serons toujours faibles!

Pour certaines c'est le chocolat, pour d'autres le shopping (pour d'autres encore le shopping et le chocolat!). Lorsqu'on est une femme, contre tous les maux rien de tel qu'un petit plaisir coupable. Parfois très coupable même...

Je pense n'avoir pas grand chose d'une vraie fille. Les trucs de nanas ça me fait suer. Moi, ce qui me plait c'est le fond! Je tente autant que faire se faire de fuir les délires "gonzesse qui a besoin de se sentir exister". Je sais qui je suis, ce que je veux dans la vie et si ça plait pas, au suivant. C'est par contre aussi handicapant que de chercher à se connaitre, ça met la barre plutôt haut par rapport à soi-même; ça n'empêche donc pas les déprime "j'y arriverais jamais" mais ça c'est une autre histoire. Mon vrai soucis c'est qu'à de rares exceptions, je m'entends mieux avec les mâles que les nanas centrées sur elle-même (qui, soit dit en passant, on l'air de s'éclater lorsqu'elles sont en ensemble). Par contre, il y a un truc qui me reliera à jamais à la gente féminine: le shopping! Pas besoin d'aide pour cela! Toute seule, je gère, sans doute un peu trop d'ailleurs.

Mon problème?

Depuis toujours, j'adore la mode. J'adore essayer les tenues, me laisser surprendre par une combinaison folle, oser acheter le détaille à coté des "tendance" parce que sans savoir pourquoi je refuse de quitter cette pièce choisie au hasard mais qui me plait!

En fait, quand une pièce me plait, que je l'essaie, bizarrement un lien entre elle et moi se crée... Un combat intérieur démarre alors : vais-je oser la porter? Est-ce q'elle me va vraiment? Si j'attends, sera-t-elle toujours là? Ne vais-je pas en trouver une autre mieux encore? - ET SURTOUT- Est- ce que je n'ai pas déjà suffisamment de chose semblable dans ma garde robe?- AU GRAND DAM DE MON PORTEFEUILLE!

Mon dieu, j'adore acheter. Posséder l'objet. Je suis un pur produit de consommation!

Et ce, depuis toujours! Petite, lorsque je ne possédais pas encore de compte en banque, lorsque je faisais les magasins avec ma maman, possédant une imagination explosive (déjà!), je partais dans un autre monde, où le seul contact du tissu me permettait de le transporter dans une pièce où je conservais tous mes achats. Rêvant ainsi que j'étais très riche que je pouvais meme acheter les pièces en plusieurs exemplaires afin d'anticiper des cadeaux à des amies imaginaires que je gâtais. Le tout arrivait dans une imaginaire maison jouxtant ma demeure et servant uniquement à entreposer ma garde-robe de princesse. Oui, j'ai inventé le concept de dressing avant de savoir qu'il existait!

Achats Compulsifs ?

Le pire de mon addiction se révèle dans la qualité de mes achats: je mets tout! Rares sont les achats que j'ai regretté ou délaissé (sur ces dix dernières années moins de dix pièces sont restées pliées). Non, on ne peut même pas parler d'achats compulsif puisque je m'inflige une grande torture en n'achetant (presque toujours) qu'après avoir réfléchi, hésité, attendu, réessayer,...

Je fais de mon mieux, vraiment, mais la mode et la société commerciale aura ma peau. J'aime le beau. J'aime les matières. J'aime la couleur. J'aime les détails. J'aimes les fringues! Heureusement, que je ne suis pas riche. Mon budget maximum mensuel et mes futurs achats, anticipé financièrement, sont mes seuls freins.

Bien entendu l'arrivée du commerce en ligne n'a rien arrangé. Avant, un xs était indisponible en magasin et ça réglait vite fait mon compte....

Mais aujourd'hui! Aujourd'hui, tout est accessible en quelques clics, on peut tout retrouver, même ces marques chéries mais désertée en région liégeoise... Puis internet, c'est le paradis des trouvailles! Mais attention, une fois encore, sur internet je n'achète jamais du premier coup. Il arrive même que le temps que je me décide à valider mon panier l'article souhaité soit sold out! Heureusement! Mais bizarrement, c'est toujours l'absence de ces derniers que je regrette le plus longtemps... Etre une femme c'est compliqué!

Mes astuces pour calmer VISA

Règles générales:

  1. Si possible, acheter en magasin (après avoir essayer)
  2. Ne pas acheter lors de la découverte de l'existence de l'objet convoiter
  3. Faire une liste des envies (besoins?) pour la saison. (Trouver un pull pour cette jupe que vous adorez mais qui ne va avec rien de votre garde robe débordante!)
  4. Faire un budget maximal mensuel!!!!!!!!!!
  5. Anticiper les achats plus conséquents (les prévoir dans le temps.

En direct

  1. Reporter l'achat. Revenez une heure plus tard ou valider votre panier le lendemain (au minimum)
  2. En magasin, assurez-vous que la pièce vous mette en valeur: taille, longueur, dégaine, couleur au teint,...
  3. Vérifiez le double emploi éventuel: oui, c'est canon mais c'est la dixième pièce à l'imprimer "pays de Galles": STOP! On n'en parlera de toute façon plus la saison prochaine.
  4. Rapport qualité/prix: parfois, vous trouveriez la même chose à moindre coup chez HM ou à l'inverse, vous n'être pas obligé d'acheter votre pull noir chez American vintage (quoique je pourrais  trouver à débattre)
  5. Eviter le shopping quand on est en phase down (je dis ça mais en même temps, c'est dans ces moments là que ça fait vraiment du bien, disons plutôt limiter quand la déprime pointe le bout de son nez)

Il est évident que je vous conseille de prendre cet article avec le même recule que celui que vous aller accorder à vos futurs achats.

J'ai pris plaisir à vous étaler mes états d' âme N'hésitez pas à me livrer vos pêches mignons et tourments intérieurs, je me ferai un plaisir de vous lire.

Parole de Pêche      

Archives

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.